remarque

  • Regard du Conseil communal – Budget 2015 GERPINNES

    conseil,communal,gerpinnes

    Au niveau du Conseil Communal, la majorité (cdH-MR) a voté pour et l’opposition contre (PS, Ecolo et Léon Lemaire siégeant en indépendant). Retrouvez quelques interventions ci-dessous.

    Du côté du MR, ils ont voté pour le budget, mais avec certaines remarques. Marie Van Der Spijt, chef de groupe, apporte des précisions lors du Conseil : «nous allons voter pour le budget 2015, mais à l’extraordinaire nous avons remarqué les avis du directeur général et de la directrice financière, ceux- ci nous inquiètent. »  Elle poursuit, « En effet, pour le groupe MR aussi il faut faire attention aux investissements même si une commune doit avoir des projets tous ne sont peut-être pas réalisables. » Le groupe MR souligne une vision sur du long terme et craint qu’il faudra peut-être abandonner certains projets.  « Nous vous encourageons à les inscrire au budget et à demander des subsides même si vous le savez il devient de plus en plus difficile d’en obtenir en période de crise et les financements sur fond propre et à crédit n’est qu’une solution à court terme. ».

    Du coté Ecolo, Vincent De Bruyne est intervenu pour son groupement politique. Il commença par saluer "la nouveauté de l'exercice qui offre enfin une vue pluriannuelle", avant d'apporter ses constats. Tout d'abord, il a souligné les points suivants: « alors que vous venez déjà d'augmenter les impôts communaux, il demeure difficile de constater que les frais de fonctionnement ont augmenté en 5 ans de 38 % : 1.548.522,05€ (2010) à 2.142.263,17€ (2015) = 593.741,12€  soit près de 38,5 %. ». Face à ce constat et afin d’ouvrir la réflexion,  il met en lien le budget d'autres communes en précisant «que l'ensemble des communes wallonnes se trouvent plutôt à tenter de les réduire ».

    Ensuite, il continua sur "l'augmentation des transferts qui, essentiellement, a justifié l'augmentation des impôts, 19 % en 5 ans (de 2010 à 2015)"

    Pour lui, l’analyse du budget  peut être caricaturée comme suit : « l'impression d'un copieux repas de Noël dont on se réjouit à l'avance mais qui une fois ingéré se révèle indigeste et reste sur l'organisme des jours durant ».

    Il s’avance ainsi sur des visions à plus long terme :« au-delà de 2017, pour le budget extraordinaire, il est bien à craindre que plus aucun investissement ne pourra être réalisé ; au-delà de 2019, pour le budget ordinaire, le risque se lit de ne plus pouvoir bouger aucune lignes budgétaires figées par le poids de la dette, des charges de transfert et des frais de fonctionnement croissants ».

    Ici, il «  plaide pour que le directeur général puisse avancer avec le Collège communal dans la constitution d'un Plan Stratégique Transversal (PST) afin non seulement de mieux mettre en œuvre le budget mais aussi de permettre à l'administration de mieux se l'approprier. »

    Du coté du PS, ils sont revenus sur l'augmentation des taxes. Marcelin Marchal a également relevé  l'aspect financier du projet de salle polyvalente avec pour ce projet un "investissement de plus de 3 millions d'euros sans subsides", ce qui n'est pas acceptable pour le groupe PS. Toutefois, il souligne que les projets restent en général intéressants, malgré l'aspect financier.

    Léon Lemaire, siégeant en indépendant, est également intervenu, craignant un boni qui risque d'être plus faible que prévu et soulignant la possibilité de se retrouver très vite en négatif s'il y a d'autres imprévus. Il aborda également la notion des dettes.

    Du coté cdH, Julien Matagne a pris la parole pour son groupement politique, le positivisme est ici au rendez-vous  : « à Gerpinnes, le Bourgmestre Philippe Busine et son équipe ont pris un maximum de précautions nécessaires en vue de garantir un avenir prospère à notre magnifique commune et de poursuivre les projets qui vont contribuer au bien-être des citoyens. »

    Il poursuit : « Trois grandes directives dicteront la suite de cette législature :

    • Des dépenses de fonctionnement toujours plus mesurées
    • Une anticipation continue pour garantir des finances publiques stables
    • Des relais efficaces dans les instances supérieures en vue de maximiser les subsides ».

    Il conclut : "Voilà donc une majorité cdH–MR unie et soudée qui fait la part belle au marasme économique et social, en poursuivant l’élaboration de projets ambitieux et déterminants pour l’avenir et le bien‐être des citoyens gerpinnois."

    Les avis entre opposition et majorité sont donc mitigés, le temps apportera les constats face à cette vision budgétaire, sur du court ,moyen et long terme. L'opposition ayant fait son travail de relever ce qui semble inquiétant, en pointant notamment les investissements envisagés par la majorité et le nombre important de projets. Une majorité, qui de son coté, compte sur des subsides afin d'atteindre l'ensemble de ses projets. Trop positiviste ou trop alarmiste, le temps nous le dira.