braquage

  • Loverval: le malfrat qui veut devenir militaire…

    «  Excusez-moi, je n’ai pas le choix, j’ai besoin d’argent »

    infraction.jpgÀ chaque fois qu’il a commis un braquage, Quentin s’est confondu en excuses : pas l’habitude sans doute, pas le cran de menacer ses victimes, pas le cœur à ça probablement.

    Pour lire la suite : cliquez ici (La Nouvelle Gazette - Rédaction en ligne - article complet)

    Que décidera le juge Coppée, chargé de sanctionner ce braqueur ? La maladresse peut-elle être une circonstance atténuante ? Ce n’est pas prévu par le code pénal…