alimentaires

  • Les invendus alimentaires Gerpinnois pour les plus démunis ?

    babette,jandrain,ps,gerpinnes,alimentaire,invendus,associationsPour Babette Jandrain, nouvelle et jeune Conseillère PS, « se nourrir est un droit pour tous les êtres humains ». Mais comment faire pour défendre davantage ce droit face à la crise économique ?

    Lors du Conseil communal de ce 27 février 2013, cette jeune élue se lance, elle demande à rajouter un point à l’ordre du jour. Elle souhaite que la commune amène les grandes surfaces de l’entité à « donner plutôt que détruire les invendus alimentaires ». Ils seraient redistribués à des associations du type banques alimentaires.

    Arguments à l’appui, elle prend l’exemple de la commune de Herstal, où un tel projet a vu le jour. Mademoiselle Jandrain relate : « Dans un premier temps, elle a profité de ce que  le permis d’environnement d’une grande surface soit  arrivé à terme, pour conditionner le renouvellement de celui-ci à une clause concernant les invendus alimentaires ». Et ensuite, « la commune a étendu la décision à toutes les grandes surfaces présentes sur le territoire ».

    Les produits visés sont invendus pour diverses raisons : emballage altéré, fruits et légumes abîmés,… Ils restent propres à la consommation.

    En connaissant la diminution des budgets alloués au programme européen d'aide aux plus démunis, cette idée semble intéressante à creuser. Lors du conseil comunal, un débat s'est ouvert entre les différents partis. Une réflexion à ce sujet devrait s’ouvrir au niveau communal, afin d’analyser plus finement cette proposition, avantages et inconvénients.

    Comme déjà réalisé à Bruxelles depuis ce 7 février 2013, nos élus politiques Gerpinnois accepteront-ils l’ajout d’une telle clause particulière aux permis d’environnement pour les installations de vente au détail de denrées alimentaires?