Le marchand de clous a bâti un empire financier et industriel

Albert-Frere-01.jpg

Parti de rien, le Fontainois Albert Frère s’est fait tout seul. À 28 ans, il rachète les laminoirs et boulonnerie du Ruau, à Monceau. Le commerce de l’acier et la sidérurgie constitueront les fondations de son empire. La banque, l’assurance, l’énergie, les médias… viendront conforter l’assise. En quelques années, le « marchand de clous » est devenu l’un des hommes les plus puissants de la place économique, financière et industrielle belge. Il jouera aussi dans la cour des grands en France. À 89 ans, le baron carolo – il a été anobli en 1994 –, a annoncé son retrait des affaires. Le 28 avril, il lâchera la barre du Groupe Bruxelles Lambert, symbole de sa réussite. Dans le dernier classement des milliardaires établi par Forbes – qui compte 1.826 membres – Albert Frère figure en 318e position. Sa fortune est estimée à 4,9 milliards de dollars.

« Coup de projecteur sur ces Carolos qui s’illustrent ailleurs » - Retrouvez l'article complet dans La Nouvelle Gazette de Charleroi de ce 11 avril 2015.

Commentaires