Obligation d'autorisation pour les armes des marches folkloriques ?

arme,feu,floklorique,marche,entre,sambre,meuse,C’est la panique au sein des Marches de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Un nouvel Arrêté Royal oblige les détenteurs d’armes à feu folkloriques à obtenir une autorisation. Celui-ci ne précise pas clairement si les armes des marches folkloriques sont concernées ou pas. Au sein des marcheurs, l’inquiétude monte.

Reportage du journal de RTL ce 9 juin 2013 :

Le cabinet de Turtelboon répond... en flamand.

« Pas les armes des marches folkloriques... »

Le cabinet de la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, nous a fait parvenir une réponse sans équivoque. «Notre Arrêté Royal « fait » qu’une série entière des vieilles armes – qui utilise la poudre sans fumée – ne sont plus disponibles. Dans ce cas, les possesseurs doivent donc solliciter un permis qui, du reste, sera très facile à obtenir. Mais l’AR ne s’applique pas du tout aux armes qui sont utilisées lors des Marches de l’Entre-Sambre-et- Meuse ! » Il ajoute : «Lors des Marches de l’Entre-Sambre-et-Meuse, on utilise une réplique récente d’une poudre noire du 19e siècle. Ça, c’est une autre affaire pour laquelle la réglementation, datant de 1995, reste inchangée. Les armes typiques qu’on utilise (les tromblons) sont toujours accessibles pour ceux qui participent aux activités historiques et/ou folkloriques. »

Il semble donc qu’aucune inquiétude ne soit de mise concernant les marches folkloriques. Pourtant, un document informatique du SPF Justice stipule clairement que ces armes doivent être déclarées. Détail notable, le cabinet de la ministre fédérale n’a pas été capable de nous fournir une réponse dans la langue de Molière. Curieux pour un service de l’État belge…

Article complet : La Nouvelle Gazette de l'Entre-Sambre-et-Meuse (6 juin 2013)

article-45689.jpg

E.S.

Commentaires